Place des Finances > Actualités & Assurance > Crédit immobilier : emprunter sur 25 ou 30 ans, une fausse bonne idée ?

Crédit immobilier : emprunter sur 25 ou 30 ans, une fausse bonne idée ?

Avec des taux de crédit immobiliers historiquement bas, les acheteurs ont tendance à emprunter sur 25 ans voire 30 ans dans certains cas pour emprunter plus. Une stratégie qui peut avoir son intérêt mais aussi quelques inconvénients...

Ce mécanisme d'emprunter sur du long terme permet au primo-accédant de faire gonfler leur enveloppe pour financer l'achat de leur bien.

La société de cautionnement, Crédit Logement, garantit d’ailleurs les prêts immobiliers jusqu’à vingt-cinq ans. De plus, comme le rappelle l’autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), le taux de sinistralité en France lié au crédit immobilier est extrêmement faible : « La quasi-totalité des prêts immobiliers bénéficient d’une protection : un cautionnement – 60 % des cas –, une hypothèque – 30 % – ou un autre type de garantie – 5 %. De plus, la capacité de remboursement des emprunteurs demeure le critère principal d’analyse d’octroi, plutôt que la valeur des biens financés. »

Pourquoi emprunter sur du très long terme peut être une mauvaise idée?

Tout d'abord le coût total du crédit : Par exemple, pour un prêt sur vingt ans de 200 000 euros, le coût du crédit s’élève à 43 000 euros. Mais si l’acquéreur décide d’emprunter sur vingt-cinq ans, son crédit lui coûtera 59 000 euros. Cette somme passe même à 89 000 euros pour un prêt immobilier contracté sur trente ans.

Ensuite, si vous devez revendre votre bien au bout entre 1 et 4 ans pour cause de divorce, mutation ou autres vous aurez remboursé très peu de capital et vous avez intérêt que les prix de l'immobilier ne baisse pas pour pouvoir rembourser votre crédit. Le propriétaire peut alors se retrouver dans une situation assez tendu.

Enfin un dernier petit conseil : « Le mieux, lorsque l’on achète en couple, est encore de noter toutes les sommes engagées par chaque partie chez le notaire afin d’éviter les conflits. » Maël Bernier (Meilleurtaux)